vendredi 31 janvier 2014

Zodiac - A hiding place (2013)

Zodiac, from Germany, get some well deserved attention with a demo in 2012. their first album released in the end of 2013 is a clear confirmation of their quality. they play a tastefull blues infused hard rock, with an excellenty sense of melody and a wide range in the pentatonic fields. the album starts with an excellent song called "downtown" in a grooving  AC / DC style, but in the album you'll also find some smooth blues rock, some hard rock ballads (looks like they learned well from their fellows germans Scorpion!), and some Canned heat style boogie. well, the whole wide range of hard blues music.  lot of diversity for different kind of sonic enjoyment. an highly recommended listen! (fits well in my best heavy stuff of 2013 list, see HERE).

to start with you can stream their demo on Bandcamp.

and looks like you can stream the album there.


mardi 28 janvier 2014

Gowl - Buzzbox EP (2013)

this Buzzbox Ep by Gowl is an impressive demonstration of chaotic noisegrind, sounding a bit like a collide of Noisear, Eyehategod and Gaza. guitars buzzing like a chainsaw, never linear song structures, crazy and frenetic excecution. it catch you from the start and drive you in its whirlwind of terrific noise, grind beats and screams. grindfreaks and anyone loving extreme music in its most merciless form will dig it. but don't get me wrong it's also "catchy" in its own brutal way, because of the smart songwriting full of diversity, rythmic changes and other surprises. one of the best grind release of 2013.

check their Bandcamp.


lundi 27 janvier 2014

Tribulation - Formulas of death (2013)

Formulas of death is the sophomore album by Tribulation (from Sweden). they are back with an excellent and ambitious album, more epic and progressive than their first one (this time it's released by Invictus productions). what they play is a smart mix of many old school metal styles. the vocals and some guitar and druming parts are black metal (reminding the latest Immortal), you also have a NWOBHM meets trash or punk elements that reminds me of the first Slayer records, or Entombed. and the progressive rock / black metal blending could relates them to Enslaved as well. it's quite fashionable nowadays to blend elements from different styles but few bands manages to do it as well as Tribulation does on Formulas of death. and I suppose that's why that eneded on many "best record of the year list" for 2013 (including one of mine, see HERE). the other reason being that's it's a really cool and enjoyable listen able to make headbang / air guitar any metalhead.

you can listen to it Here on Bandcamp.


vendredi 24 janvier 2014

Naam - Vow (2013)

With The starchild Naam (from Brooklyn, NY) became another band that matters in the psychedelic rock scene, their sophomore records Vow, released last year by Teepee records, confirm their quality. and what's even best is that they are adding some more diversity in their music (with also a keyboardist).  sometimes Vow is more spacey, sometimes it's more rock, and some melodies and some vocal lines even reminds me of NIN. they bring some fresh air to the sometimes very predictable psychedelic style. and they do it with good tatse and talent. Vow is a really enjoyable album.

their Teepee records page

their Bandcamp page


jeudi 23 janvier 2014

Narayama - Terra suja vista imunda & Pró​-​Exploração (2013)

Brazil is not famous for it's grindcore, but now with Narayama I know they have at least an excellent grind / punk band. they released in 2013 their two first digital releases (plus a single), the first is called Pró​-​Exploração and the latest Terra suja vista imunda. for the two releases it's 23 songs, and around 10 minutes of music. so you get it every songs if really short, and really fast (I mean really fast) except a more noise song at the end of both release, ending it on a slower, very harsh and apocalyptic note. the fast songs are really intense and relentless grind / punk with a raw / noise sound. sung in brazilian portuguese. it passed largely unnoticed last year but i'd say it was among the best releases in that style of grind / punk / fastcore / noise and maybe Narayama was the best new band doing that. I hope they will do as good in 2014 and am waiting for it!

you can stream / download both release for free on Bandcamp (don't fail to do it!).


lundi 20 janvier 2014

Spektr - cypher (2013)

Spektr is a french black metal duo, another excellent french black metal band daring to experiment and excelling at it! last year they released their third full lenght calld cypher (with Agonia records, a label very strong on black metal of experimental varieties). Cypher is all about developping the mysterious side of black metal darkness (if you're looking for some brutal raw assault, look elswhere), by means of mostly instrumental tracks with industrial elements (some subtle noise or also free / fusion jazz sampling, like the evil hidden side of Miles Davis Bitches brew) it creates some fascinating black metal sonic travels. A record that lures you and let you sink deeply into it. A unique experience and one of the best and most original black metal album of last year (while being a lot more than just black metal). The more I listen to it, the more I think it's really a superb masterpiece.

try it on BC.



dimanche 19 janvier 2014

Beaten to death - Dødsfest! (2013)

Dødsfest! is a really unique album. Beaten to death (from Norway) first and previous record was good modern grind / death with few but discreet try at experimenting, but didn't really catch my attention then (maybe it should have..). Dødsfest! their new one is really something, it's at the same time more brutal, more melodic and more original than Xes and strokes was. first you look at the cover and you imagine you'll have something a bit different from the usual grind / death band. ok, but when you hear the melody and the funky bass lines, then you really know! it won't be just grind with funny lyrics and stupid jokes. well it looks like you have the funny lyrics (for ex : True Norwegian Internet Metal Warrior). but what I mean is that the music itself is really different, with a lot more colours and diversity that what you usually have in extreme music. and it stays really extreme, not some sloppy fusion metal escaped from the nineties alt metal wave. In Dodsfest you'll have real grind / death beats and grooves. i'm not really gonna try to explain you how it sounds, but as I already wrote, the bass lines are a really strong and unique element in this record. I'll also just say that the playing is really tight and the songs are really well crafted , so efficient that they sneak immediately in your brain, and letting you asking for more when it stops.  

enjoy this unique ride on their Bandcamp. 

 

jeudi 16 janvier 2014

Circle of ouroborus - The final egg (2013)

Circle of ouroborus is a finnish band formed ten years ago and which has released many records. The final egg is their latest full lenght and as usual with them it's really good. They have roots in atmospheric black metal but The final egg sounds more like post-punk and reminds me a bit of the darker, slower and weirdier moments in the early The Cure records. but with some shoegazing added. I think it could appeal to the more open minded atmospheric black metal fans as well as to people more into post-punk / new-wave / shoegaze. I really like the atmosphere developped in this record, melancholic, somewhat occult and lost in dark smokes and dreamy soundscapes.

their Lastfm page


mercredi 15 janvier 2014

death, trash, black, a selection of albums released in 2013

this is my last "end of year list" post for 2013. this time it's my selection of death, trash or black metal albums. I give it in no specific order.

 -Wormlust - feral wisdom              review & interview

-Tribulation - Formulas of death    review

-Lantern - below                             review & interview

-Noisem- Agony defined                  review & interview

-Power trip-manifest decimation         review

-Dead peasants - demo I                      review 

-Spektr - Cypher                                   review

-Rorcal - Vilagvege                              review

-Culte des ghoules- Henbane                review

-Vastum - Patricidal lust                       review


Stuntman - Incorporate the excess (2014)

coming from Sète, south of France, Stuntman carry on the hardcore sound of the nineties (the metalised hardcore which was called then "new school hardcore") in it's more chaotic version, but they also add to it an extra dose of trash/ death brutality. so we could say it sits somewhere between "new school hardcore" and the more modern "blackened hardcore". their new album called Incorporate the excess is released by Head records (read the interview I did with Abel of Head recorss HERE), Solar flare records and Lost pilgrims records). if you're into metal hardcore, this album is worthy of your attention.


the Bandcamp page


lundi 13 janvier 2014

Department of correction / Strong intentions split (2013)

this cool grind split released in 2013 with Department of correction and Strong intention is really worth your attention : two really good band, and two band representing the two side of grindcore, which is really good for a split record.

Department of correction from France is the youngest band of the two but they already released spltis with Noisear, Total fucking destruction, and the mandatory split with Agathocles is on the way.
they play modern sounding grind with goregrind / brutal death touches and a massive deadly and catchy groove. really well done, the songs are written with enough changes and surprises so you can't get bored listening to it. really efficient and an enjoyable listen.

Strong intention from the USA formed in the mid nineties and is rooted in old school hardcore, maybe they're not exactly grind, we could say it's hardcore / fastcore with a few blastbeats and an extra dose of brutality / metal. or we could say it's old schol grind, isn't grindcore coming from hardcore played faster and with more brutality after all?
anyway it's also really good. less heavy and fast but also really dynamic and intense, in a more hardcore / crossover trash way.

easily one of the best grind split released in 2013.
I'll be waiting for new releases from each of these two excellent bands.

you can listen to a few songs in the Department of correction side on their BC page.

and here's Strong intention Lastfm page.


 and for the french readers here's the interview!

-Est-ce que vous pouvez revenir rapidement sur la naissance de Department of correction ?

Bonjour Dennis, merci de l'intérêt que tu nous portes, et bonjour à toi qui nous lit !

Department of Correction est né en 2008, avec l'envie de faire du Grindcore. Nous ne savions pas trop vers quoi nous diriger en terme de sonorité quand nous nous sommes rencontrés. Je crois que nous préférions laisser la musique arriver, sans trop se soucier d'influences, et d'affiner le tout au fur et à mesure.

Au départ, les membres du groupe venaient de la scène hardcore des années 90 et 2000, ainsi que du classique et du jazz pour Flo (guitare). Aujourd'hui, nous évoluons en trio, avec Greg, au chant depuis les débuts, Flo à la guitare qui pose les bases et la trame des compositions depuis les débuts également, et Yohan qui nous a rejoins en 2010 à la batterie, qui vient lui plutôt du métalcore à la base.

De part la culture musicale et instrumentale des membres du groupe, nous évoluons dans toutes les directions, celles qui nous plaisent, sur une base solide qui nous tient depuis le début, le Grindcore.

On nous appose souvent diverses étiquettes d'ailleurs, ce qui est assez drôle, car nous ne réfléchissons pas autant à poser un nom sur notre musique. On nous dit souvent qu'on joue du Hardcore/Grind, du Grind/PowerViolence, du Fastcore/Grind... et souvent aussi du Black/Grind....

Nous avons de notre côté posé notre propre étiquette : nous jouons du Grindcore de Qualité. Ce terme est avant tout une vaste blague, une sorte de "label rouge", le coup de tampon sur les produits alimentaires qui te disent "achète c'est de la bonne !!!", voilà c'est tout ça. GRINDCORE DE QUALITE mec !


- Depuis vous avez déjà sorti pas mal de trucs, tourné, etc.., vous devez être assez investi dans le groupe? comment ça s'est passé?

Tout s'est passé assez vite et au fil des rencontres, nous avons pu nouer des amitiés avec de nombreux groupes, labels, bookers...

Le décollage du groupe s'est fait lors de la sortie de notre premier CD, "L'Ecole du Goût", en 2011, sans label ni rien. Juste nous, notre microscopique réseau à l'époque, et la testosterone qui déborde !

Dans la foulée nous sommes partis en tournée en Russie, puis nous avons croisé la route de Bryan Fajardo (NOISEAR/KILL THE CLIENT/PLF/PHOBIA/GRIDLINK) quand nous avons joué au BloodshedFest (la semaine d'après notre retour de Russie), avec qui nous avons convenu de faire un split avec son groupe NOISEAR (USA).

A partir de là, on a mis le pied dans les labels.

Puis nous avons re-tourné en Russie, en Europe, aux USA, enregistré un split avec STRONG INTENTION (USA/membres de CATTLE DECAPITATION, ex-MISERY INDEX).

Nous avons un split avec AGATHOCLES qui va sortir fin Février chez Dooweet Records, avec une diffusion gratuite dans Paris à 1500 exemplaires. Une forme de promotion qui nous a vraiment plu, pour un split avec un groupe que personnellement j'aime depuis que je les ai découverts, encore ado, vers 1995. Nous les avons rencontré il y a un an ou deux, et depuis on se revoie à l'occasion d'un festival, d'un concert... Grindcore Family quoi.

Je me suis également occupé de monter mon projet de compile 100% French Grind, IN GRINDO VERITAS sortie chez Kaotoxin Records en 2013, et qui a fait le tour du monde et des magasins physiques, ce qui est suffisamment rare dans le Grind pour être mentionné.

Il y a une vraie énergie commune dans une grande majorité de la scène, à l'échelle française et internationale, et cette énergie nous a donné l'envie indéfectible de nous jeter à corps perdus dans l'aventure de DEPARTMENT OF CORRECTION.

C'est pour nous l'occasion d'exprimer toute la musique qu'on a en tête, de faire des rencontres, de beaucoup voyager, de découvrir le monde d'un angle bien particulier de groupe en tournée. Et on aime ça tourner ! Sans toutes ces expériences humaines, DEPARTMENT OF CORRECTION ne serait sans doute pas ce qu'il est aujourd'hui.


- Comment décrire votre musique, du grind moderne avec parfois un groove gore / death?

Notre musique est composée sur base de Grindcore plutôt traditionnel, et pousse vers le punk, le rock n roll, avec un traitement des compositions amenant souvent dans une emphase proche des plus grands moments de la musique classique (cf la compile "Le classique j'aime pas... mais ça j'aime bien", pour ceux qui n'ont jamais osé) et une dose d'humour tout relatif.



-De quoi parlent vos textes ?

Nous n'avons pas de textes. Le chant est utilisé comme un instrument à part entière. Le fait de ne pas avoir de textes libère totalement la composition du chant. L'impact musical n'en est que plus fort.

A titre personnel, nous ne faisons pas dans la politique, la provocation, la haine, le sexisme, le racisme, les habitudes alimentaires des uns et des autres... Certains le font avec d'excellentes raison et un superbe talent pour porter leurs idées, d'autres ne savent même pas de quoi ils parlent, ni ne voient qu'ils font exactement ce qu'ils voudraient dénoncer... Nous restons attachés à ne faire que de la musique, pour l'amour de la musique.



- En concert Department of Correction ça donne quoi? des choses intéressantes à raconter sur vos dernières dates?

Nous aimons beaucoup faire des concerts. Cette année nous tournerons environ 6 semaines en Europe et aux USA, avec quelques festivals comme le DeadFest d'Oakland, le HellsBanger en suisse, l'Obscene Extreme Fest de Los Angeles.
Le live, c'est la rencontre avec le public, l'énergie que les gens nous donnent, c'est toujours un bon moment d'amitié, de rigolade, de puissance du grind, de sueur, de riffs qui tachent, de blast qui déboitent, de hurlements primaires qui te dévissent les cervicales.

Un truc à vivre.



- Parlez nous de ce split avec Strong intention? comment ça s'est passé, comment vous avez abordé la chose?

En fait, on est partis faire notre première tournée aux USA avec STRONG INTENTION, dont Zach, le frontman s'est occupé de booker les dates. Efficace dans ce genre de plans puisqu'il book les tournées de EyeHateGod en ce moment, ainsi que des dates pour OBITUARY entre autre.

L'idée de faire le split a été dans la logique de soutient de nos tournées communes, puisqu'ils sont venus tourner en Europe peu après notre tournée US.

A ce propos, j'avais booké 15 jours de tournée, Zach s'était chargé de 2 ou 3 dates, et 2 semaines avant d'arriver, il nous dit que son batteur et son bassiste seront coincé aux USA pour diverses raisons sérieuses.

Du coup avec Yohann nous avons du apprendre tout le set pendant les 2 semaines restante avant le départ, pour que SI puisse assurer sa tournée avec nous. Une répète à Paris la veille du départ en tournée et bim ! C'est parti pour 15 jours sans filet. Heureusement, la musique de SI est assez immédiate et nous les avions entendu jouer pendant toute la tournée US, ça nous a un peu facilité la tâche.

Donc nous voilà avec le split, sorti en LP chez Give Praise Records (USA), et en CD chez Power it Up (EU). C'est une bonne grosse galette de 26 titres, 13 chacun. Nous avons enregistré chez notre pote Francis Caste. Avec lui, c'est gros son assuré, ambiance créative et décontractée, c'est une référence tant artistique qu'humaine.

Il nous a fait un son hyper intense, qui a mis en relief toute la dinguerie de notre musique.


- Vous faites pas mal de splits, c'est pour des raisons pratique ou aussi par attachement à cette tradition du DIY ou l'association entre les groupes permet d'avoir plus de moyens tout en restant dans le circuit underground et en contournant les plus gros label / réseau de distribution / promotion, etc..?

Je dirais qu'avant tout c'est pour raisons amicales et sympathiques. C'est l'occasion de sceller une part d'histoire avec des gens qu'on aime bien. Après, gros label, petit label, c'est pareil, on travaille avec les gens en qui on a confiance. Nous travaillons avec Kaotoxin, Give Praise, Power it Up, Dooweet, et nous en sommes absolument ravis. Ce qui n'empêche pas que nous faisons aussi de notre côté une grosse part de l'aspect promotionnel.
NuclearBlast distribue nos splits sur son e-shop, de même que nos principaux labels redistribuent nos production dans de nombreuses distros et petits labels totalement DIY.

Nous acceptons de travailler avec toutes les personnes qui se sentent concernés par notre musique, qui veulent nous apporter leur soutient effectif. Les seuls trucs qu'on évite, c'est de bosser avec des cons. Et pour l'instant on a réussi à passer entre les mailles du filet.


- Vous avez des nouvelles sorties de prévues? il faut s'attendre à quoi?

Alors oui y'a du gros qui arrive, le split avec AGATHOCLES, puis un 6-way split avec des groupes français et un groupe excellent américain en tête de split, puis un split avec nos potes SENDER/RECEIVER de Detroit, qui ont fait la première tournée US avec STRONG INTENTION et nous, et un split avec PROLETAR qui est un groupe de crust/grind Indonésien avec qui nous avons sympathisé sur Facebook.
Nous prévoyons encore 2 splits de plus, qui sont encore en l'état de projet, mais qui devraient bien mettre la patate.
Et en 2015, on fait péter l'album si tout se passe bien.


- Le grind ça représente quoi pour vous? Qu’est-ce qui vous a attiré dans le grind à la base ?

Le Grind pour nous c'est avant tout la liberté de penser, de s'exprimer, de jouer ce qu'on veut jouer en s'affranchissant des codes. Ce côté sauvage, direct, ultime. Le seul code qui compte... c'est le code postal, le code qui te dit "c'est votre prochaine destination" hahaha


- Quels sont les groupes qui vous inspirent ou vous ont inspirés ?

Au départ du groupe, on s'est quand même retrouvés autour de la première démo de MUMAKIL... et on s'est dit que c'était ça qu'on voulait faire. Dans les fait, on a jamais composé comme MUMAKIL, mais l'étincelle de départ ça a été cette putain de démo.
Mais depuis on a jamais parlé entre nous de la musique des autres comme pouvant orienter nos compos. On fait ce que nos cerveaux, nos oreilles, nos mains, nos cordes vocales nous disent de faire.

Certains nous trouvent des influences du genre Agoraphobic Nosebleed, Converge, Brutal Truth, Napalm Death... pourquoi pas ?


- Quelque chose à ajouter pour finir l'interview ?
Eh bien oui, un grand merci à toi pour cette interview, pleine de très bonnes questions ! Et merci à toi lecteur à qui nous souhaitons de passer un instant d'exception à l'écoute de notre Grindcore de Qualité !
Pour suivre nos dernières sorties et écouter les morceaux de nos débuts, ça ce passe ici : http://www.departmentofcorrection.bandcamp.com

Nous serons toujours très heureux de boire une petite bière amicale avec qui voudra partager un bon moment sur les concerts de DEPARTMENT OF CORRECTION.

A bientôt !



samedi 11 janvier 2014

Barabbas - Libérez Barabbas! (2011)

Libérez Barabbas! by the french doomsters Barabbas is a record which was released in 2011 but it's just available on Bandcamp now, so if you missed it then you have another chance to discover it (you can stream it or download it on Bandcamp as a name your price purchase).
you really should discover or rediscover this album because it's really great! it has cool riffing with a good heavy groove (in a doom way not in a stoner way, it really develops a doomy atmosphere), sublte keyboard parts bringing a melodic touch, going hand in hand with the deep heaviness of the guitars and drumming, a bit like it is in Cathedral. but what's maybe the best are the singing and the lyrics in french (around the story of Barabbas. you can't find doomier than that! and it's treated in a smart way, with a subtle irony. but if think that even if you don't understand french you would appreciate the singing).
try it and then I'm pretty sure you'll be waiting for the release of their new album in june 2014!

Libérez Barabbas! on BC


and for the french readers, enjoy the interview below :

-Est-ce que vous pouvez revenir rapidement sur la naissance de Barabbas ? c'était quoi le projet la base?

La domination mondiale et la conversion de l'humanité toute entière au culte du Saint Riff Rédempteur! En vrai notre seule ambition était de nous réunir entre potes pour jouer une musique inspirée des maîtres du genre : Black Sabbath, Cathedral, Saint-Vitus. Au départ, nous n'envisagions même pas de sortir un CD, nous étions simplement heureux de prendre du plaisir ensemble (musicalement s'entend : ). Je sais, c'est d'une banalité consternante, j'espère ne pas avoir dissuadé les visiteurs de ton site de poursuivre la lecture de l'interview : )

-comment est né votre premier album Libérez Barabbas!? comment vous est venu cette idée faire des chansons autour de l'épisode biblique de la crucifixion et de Barabbas? en partie parce que la religion chrétienne est un thème récurrent dans le doom "traditionnel"?
Tout vient du péplum «Barabbas», avec Anthony Quinn. Ce film raconte le destin de Barabbas après qu'il ait été libéré à la place de Jésus et son difficile chemin vers la rédemption (d'autant plus difficile que Barabbas meurt crucifié à la fin du film, si c'est pas un destin funeste...). Plus que le côté religieux, c'est l'aspect  «existentialiste» du film qui nous a touché : un type bien meurt la place d'un salaud, pourquoi? Qui décide? (Ne me regarde pas, je n'ai pas la réponse : ) Mais je précise que nous ne sommes pas un groupe de white metal / christian métal : nous utilisons l'imagerie religieuse comme Dio utilisait l'imagerie médiévale, pour sa puissance métaphorique. La chanson «Barabbas» parle de l'absurdité apparente du destin, «Horizon Golgotha» traite de l'inéluctable qui arrive dans ta vie, etc. Enfin, il est exact que les références religieuses font partie intégrante des origines du doom (ce n'est pas le Sabbat Noir qui dira le contraire : ) et exploiter la thématique religieuse / spirituelle était aussi pour nous une manière de rendre hommage à nos idoles.

-comment composez-vous?

«Composer», c'est un bien grand mot. Ce que nous faisons s'approche davantage de l'assemblage de pièces et boulons : «Amène ton riff, on va le riveter la section rythmique et après, on recouvrira le tout d'une bonne chape de chant pour pour masquer les soudures.» C'est primitif, mais ça marche.

-votre musique m'évoque quelque chose entre du doom "classique" et un groupe comme Cathedral avec le son bien heavy mais aussi un travail particulier sur la mélodie et l'atmosphère, notamment avec les parties de claviers qui s'insèrent subtilement dans les morceaux. comment vous voyez les choses de votre côté?

Tu as vu juste, nous privilégions les mélodies. Les riffs sont primordiaux, bien sûr, mais ils sont toujours au service de la mélodie. Nous pensons davantage «chansons» que «morceaux». Tous nos morceaux ont d'ailleurs une structure classique «couplet / refrain / pont». De même, les paroles sont quasiment toujours écrites en dernier pour mieux épouser la ligne de chant. À partir de là si nous avons besoin d'un clavier, d'une harpe ou d'une cornemuse pour renforcer l'atmosphère de la chanson, nous ne nous en privons pas même si, en live, nous privilégions une approche plus brute en utilisant exclusivement chant / guitare / basse / batterie. On a eu des débats houleux en interne sur l'utilisation possible de samples sur scène mais pour l'instant, le camp des «brut de fonte» a eu le dernier mot : ) Remarque, ça évoluera peut-être à l'avenir.

-il y a bien sur le chant en français qui fait aussi votre originalité on vous questionne souvent la dessus, c'est quand même pourtant paradoxal que ça puisse paraître surprenant de chanter dans sa langue, et c'est d'autant plus bizarre que justement dans vos chansons cela semble (logiquement!) parfaitement naturel et pertinent. est ce que vous vous êtes posés la question au commencement du groupe?

Non, le français s'est imposé sans que l'on y réfléchisse. Nous ne sommes pas des perdreaux de l'année, nous avons beaucoup écouté de hard / métal français dans notre lointaine jeunesse et la majorité des groupes chantaient dans leur langue: Trust, Sortilège, Satan Jokers... Nous avons forcément été influencé. C'est vrai que nous sommes toujours étonnés quand des compatriotes nous demandent pourquoi on a choisi de chanter dans notre langue. Tu te vois demander à Black Sabbath pourquoi ils chantent en anglais? : ) Ceci dit, nous sommes conscient que ça nous ferme des portes, curieusement plus dans notre pays qu'à l'étranger ou on a toujours de bons retours sur notre parti pris linguistique. Mais nous n'avons rien contre les gens qui choisissent de chanter dans une autre langue (tu parles à un fan de Scorpions : ) et au final, l'important reste l'émotion musicale, pas la langue qui la véhicule. L'un de mes groupes préféré est Magma, ils chantent en Kobaen, je ne comprends pas un traître mot de ce qu'ils disent mais cela ne m’empêche pas de ressentir pleinement leur musique.

-vous préparez un nouvel album pour juin je crois, vous pouvez nous en dire plus ce sujet? quoi faut-il s'attendre?

Il sera en fait un peu différent du premier album, un peu moins frontal, on a essaye de diversifier un peu les couleurs sans renier nos fondamentaux, la lourdeur et la mélodie. Mais en fait, on a rien «essayé» du tout, ce n'était pas un processus conscient, on a simplement été ou la musique nous a conduit. De toute façon, on aurait été incapable de refaire le même album que le premier et puis, quel aurait été l’intérêt?

-et entre l'élaboration de ce futur album et la sortie du premier qu'est ce qu'il s'est passé pour Barabbas?

Plein de bonnes choses, comme quoi ne rien attendre de ce groupe nous a permis d'avoir d'heureuses surprises : d'avoir de bons échos sur l'album, tant en France qu'à l'international, des dates intéressantes avec Wounded Kings, Huata, Bottle Doom Lazy Band, Ataraxie, Marche Funèbre, Winnhand, Pilgrim (pardon ceux que j'oublie) et puis de belles rencontres avec des groupes qui sont devenus des potes.

-Qu'est-ce que vous avez de prévu d'autre pour 2014 ? Tourner pour jouer vos nouveaux morceau et présenter le nouvel album?
Oui, trouver des dates et commencer à mettre le troisième album en chantier. On fera le Mennecy Fest en septembre, on aimerai bien jouer dans d'autres festivals (programmateurs, si vous nous lisez...). Trouver un label fait forcément partie de nos projets mais vu la situation du marché du disque, j'ai l'impression que cela devient difficile.


-C'est qui les groupes qui vous inspirent ou vous ont inspirés? Vous avez l'impression de faire partie d'une scène?
Concernant le doom, nos principales sources d'inspiration sont chercher du côté des Grands Anciens (Sabbat, Vitus, Cathedral, Trouble, Pentagram, même si nous sommes forcément influencé par les groupes plus récents que nous écoutons, français ou étrangers. Mais nous apprécions aussi d'autres musiques, du stoner à la pop en passant par le punk, le prog, le classique. Maintenant, si tu organises une soirée free jazz, je ne sais pas si nous viendrons : ) Pour en revenir ta question, faisons-nous partie de la scène doom ? Ce serait prétentieux de l'affirmer, c'est elle de nous le dire : )

-quels autres groupes français conseilleriez vous?

La scène doom / stoner française est très riche, l'amateur de pesanteur métallique n'a que l'embarras du choix : outre Huata, Ataraxie et Bottle Doom Lazy Band cités plus haut, ne passez pas côté de Northwinds, Funéralium, Sons of Zardoz, Tombstone, Stangala, Stonebirds, Hangman's Chair... La liste est longue! J'en profite d'ailleurs pour saluer nos amis bretons de Voight Kampff qui déchirent tout dans un registre techno trash.

-Quelque chose ajouter pour finir l'interview ?

Merci toi de nous avoir ouvert les colonnes de Blasting Days et au plaisir de se retrouver pour parler plus en détail du nouvel album!


vendredi 10 janvier 2014

Gripe - In his image (2014)

In his image is Gripe swansong, which is really a bummer because since I listened to Pig servant (see HERE my review, which goes with an interview of the band) Gripe was one of my favourite recent grind band. really intense as grind should always be. the real deal. In his image is maybe a bit slower / mid tempo than what they did before (overall it's still fast!), it's still frenetic, raging and really intense, but in a darker, more vicious way, a less straigthforward aggression. at least they stop on a high note, with another salva of cop killing blastbeats. an excellent grind album to start the new year, a pity that it's their last one..

you can listen to it on this Hygiene records BC page.


jeudi 9 janvier 2014

Vastum - Patricidal lust (2013)

Vastum first release, Carnal lust, in 2011, left a really good impression and fortunately Patricidal lust lives up to the expectations and confirms that Vastum is one of the best recent death metal band. what they play is old school, mostly mid tempo, death metal. its rooted in old school but the smart songwriting dispays enough creativity in every song to prevent any impression of boring déjà vu, you know the different elements, but the way it is played and arranged makes it sound "fresh" (well, its death metal but you see what I mean..) and intriguing. the vocals are excellent, the lyrics about sex are more original and better  than usual, the riffing and drumming is cool (especially if you like the slayeresque touch it has), and the guitar soli are original, weird and creepy. good to see a record as cool as its excellent cover art.

check it on Bandcamp.



mardi 7 janvier 2014

my 10 favourites 2013 grind and related albums


well, all is said in the title of the post..I'm giving you a list of the 10 grind (or related music) albums that I liked the most in 2013. with the exception of a split I limit myself to albums here, but of course some Ep's splits, etc were also very good. I ive it in no specific order.

-Blockheads - this world is dead        review & interview

-Cloud rat - Moksha                                             review                

-Progress of inhumanity  -economy extortion      review & interview

-Captain Cleanoff / War of the second dragon split       review

-Squash bowels - grindcoholism             review

-Detroit - reality denied                           review

-Inhumate - expulsed                               review

-Agents of abhorrence - Relief                 review

-Ratbomb - Lowcost gangstas                 review & interview

-Cut to fit - The doors of deception          review & interview